L’ERREUR

 

L’erreur, qu’est-ce que c’est ?

Selon les approches de l’apprentissage, le statut de l’erreur est différent.

Dans une approche traditionnelle et transmissive, l’erreur est une faute et doit être évitée. Dans cette perspective, l’analyse est faite en termes de manque : manque de travail, d’intelligence…

Dans la perspective constructiviste, l’erreur constitue une étape incontournable du processus même d’apprentissage : On apprend de ses erreurs à condition d’en avoir conscience. L’erreur est un indicateur de la réflexion et de la stratégie mise en œuvre par l’élève.

 

Trois raisons d’analyser les erreurs des élèves :

  • Pratique pédagogique efficace

Le traitement de l’erreur permet à l’enseignant de tenir compte des difficultés des élèves et d’en faire un outil pour enseigner

  •  Source de motivation pour l’élève

Analyser les erreurs commises en classe et y remédier permet à l’élève de changer sa représentation et son attitude vis-à-vis de l’erreur. Intégrer l’analyse des erreurs en classe, dans un climat bienveillant, permet aussi à l’élève de se sentir plus en confiance dans son rapport aux apprentissages, aux mathématiques et à l’école.

  • Élève apprenant autonome

L’élève développe des aptitudes d’analyse et d’auto-questionnement.

Les incontournables pour analyser les erreurs des élèves : 

  • Garder des traces des erreurs commises et de la remédiation apportée.
  • Émettre des hypothèses sur les stratégies mises en œuvre par les élèves à l’origine de ces erreurs : «Qu’est-ce qui a fait que…»
  • Intégrer l’analyse et le traitement des erreurs dans des séquences d’apprentissages.